Retour vers Le tremplin de saut à ski de Bergisel

Focus

Le saut à ski, un sport vertigineux

Saut à ski de Thams aux Jeux olympiques d'hiver de Chamonix en 1924
Saut à ski de Thams aux Jeux olympiques d'hiver de Chamonix en 1924 |

 © Bibliothèque nationale de France

Chamonix, saut à ski de Einar Landvik au Jeux olympiques d'hiver en 1924
Chamonix, saut à ski de Einar Landvik au Jeux olympiques d'hiver en 1924 |

© Bibliothèque nationale de France


Le saut à ski, qui consiste à s’élancer du haut d’un tremplin pour sauter – ou voler – le plus loin possible, est apparu au début du 19e siècle en Norvège. C’est dans ce pays qu’a lieu la première compétition en 1862.

De ses origines à nos jours, la technique a beaucoup évolué, et les performances aussi. Si les premiers sauteurs franchissaient une dizaine de mètres, en 2015 à Bergisel, Michael Hayboeck a volé 138 mètres.

La pratique est impressionnante : de l’élancement à l’atterrissage, le nombre de gestes est réduit et semble très lent, alors que la vitesse du skieur peut dépasser les 100 km/h ! Aujourd’hui, le saut à ski se pratique en toutes saisons, sur neige ou sur matière synthétique.